↑ Retour à Marie-Hélène Bekaert

Marie-Hélène Bekaert, recherche

Notre laboratoire travaille depuis de nombreuses années sur la problématique de palliation du handicap (visuel, auditif ou moteur) via des Interfaces Homme-Machine (IHM) dédiées. Je travaille sur les interfaces cerveau-ordinateur (BCIs) pour la palliation du handicap moteur depuis 2007. Je suis impliquée dans plusieurs axes de recherche :

  • La conception centrée sur l’utilisateur d’une BCI adaptative :

    Pour que l’outil de palliation soit accepté et utilisé par le patient handicapé, il est impératif d’impliquer celui-ci dans le projet, dès la conception de l’IHM. Par ailleurs, l’interface cerveau-ordinateur mise en œuvre doit s’adapter à l’évolution du handicap de manière transparente pour le patient.
    Cet axe de recherche, mené en collaboration avec François Cabestaing et Claudine Botte-Lecocq, est fondé sur la collaboration de notre équipe avec l’équipe du Pr. André Thévenon, chef du service de médecine physique et de réadaptation fonctionnelle du CHRU de Lille. La Plate-forme Nouvelles Technologies du CHRU lillois intègre les BCIs parmi les nouvelles technologies appliquées au handicap. Notre collaboration se focalise aujourd’hui sur le développement d’une BCI adaptative pour des patients souffrant d’une dystrophie musculaire de Duchenne (DMD).

  • Les BCIs faiblement invasives :

    L’interface cerveau-ordinateur est ici utilisée comme un outil d’aide à la récupération fonctionnelle pour des patients victimes d’AVC. Cet axe de recherche, mené en collaboration avec François Cabestaing, est fondé sur la collaboration de notre équipe avec le service de neurochirurgie de l’hôpital Laennec de Nantes, dirigé par le Pr. Jean-Paul N’Guyen. Les électrodes des BCIs mises en œuvre sont implantées à la surface du cortex. Deux expérimentations de quatre jours ont été menées, en 2009 et 2011, sur des patients opérés pour le traitement de douleurs neuropathiques. L’objectif recherché est de permettre une récupération fonctionnelle efficiente en utilisant un feedback approprié au patient et à l’objectif thérapeutique.

.

Ce article est également disponible en English.